Le journalisme dans tous ses Etats

La newsroom du journal suisse Blick, un modèle du genre

In Analyse on 9 avril 2012 at 19:07

Pour faire face à la crise de la presse, le quotidien suisse de langue allemande Blick n’a pas attendu le déluge. Il y a deux ans, il créait déjà sa newsroom 3.0. Une newsroom qui avait fait grand bruit parmi les médias du monde entier au moment de son inauguration. Retour aujourd’hui sur ce qui est et restera un modèle du genre.

La newsroom 3.0 de Blick

Une newsroom 3.0? Késako?

« Newsroom » signifie en fait « salle de rédaction ». D’après, un professeur du Centre Romand de Formation des Journalistes (CRFJ), Jean-Christophe Liechti, interrogé en mars 2010 par le magazine suisse EDITO, on parle d’abord de newsroom 1.0 pour désigner les rédactions dans lesquelles le web et le papier sont clairement séparés: les journalistes travaillent chacun de leur côté, sans grande concertation. Vient ensuite la newsroom 2.0, où les différents supports cohabitent et collaborent pour créer une certaine cohérence entre le web et le papier: certains sujets seront par exemple publiés en urgence sur le web avant de faire l’objet d’un papier d’analyse dans le journal du lendemain matin. Et enfin, la newsroom 3.0, au sein de laquelle les journalistes travaillent cette fois-ci indépendamment des types de support. Actuellement, cette dernière est loin d’être implantée dans tous les médias. La plus répandue reste en effet la newsroom 2.0, car les médias comprennent peu à peu que le web doit aujourd’hui occuper une place à part entière dans la vie des rédactions. Mais il semblerait que Blick ait saisi ce point plus vite que les autres, puisque ce journal suisse en est déjà à l’étape suivante: la newsroom 3.0.

Quatre rédactions en une

Quatre rédactions en une

Opérationnelle depuis déjà deux ans (inaugurée le 7 mars 2010), la newsroom de Blick reste donc aujourd’hui un modèle du genre. Concrètement, cette newsroom s’est formée en fusionnant les 4 rédactions du journal Blick: celle du quotidien du matin, le tabloïd Blick, celle du gratuit du soir, Blick am Abend, celle du site Blick.ch, et enfin celle de l’hebdo du dimanche SonntagsBlick. Les journalistes de Blick n’écrivent donc plus pour un seul titre bien défini, mais plutôt pour un service spécifique: sport, actu, politique, économie… Ainsi, lors de la répartition des sujets au petit matin, les journalistes ne savent pas encore sur quel support leur article paraitra. Ce n’est que dans le cours de la journée que les sujets sont redirigés vers les différentes déclinaisons de la « marque » Blick. Seuls les quatre rédacteurs en chef continuent d’être affectés à leur titre.

Capture d'écran d'un diaporama créé par Pascal Zemp, de Ringier, groupe de presse possédant Blick

Aujourd’hui, la newsroom de Blick est donc devenue un espace multimédia, favorisant le travail d’équipe et accordant une place à part entière au travail en temps réel sur le web. Pour rendre possible ce mode de fonctionnement, un nouvel espace de travail a dû être créé. Un espace au centre, qui fait le pont entre les différents supports de Blick, au sens propre, comme au figuré.

Nouvelle donne, nouvelle rédaction

Pourquoi une telle organisation? En quoi est-ce plus adéquat à l’écosystème journalistique d’aujourd’hui? Les habitudes de consommation de l’information ont changé. Avec l’arrivée du web, des smartphones ou encore des tablettes, le journalisme n’est plus le même. C’est un fait. Un fait à prendre en considération. Et c’est ce qu’a fait la rédaction de Blick.

Capture d'écran d'un diaporama créé par Pascal Zemp, travaillant pour le développement commercial du groupe de presse Ringier (qui possède Blick)

Capture d'écran de ce même diaporama

Pour Stefan Hackh, porte-parole du groupe Ringier, le but de la newsroom 3.0 était d’offrir aux différents types de lecteurs les contenus qu’ils désiraient sur les supports appropriés. « L’actualité sera d’abord traitée par Blick.ch sous la forme de petits articles », expliquait à l’époque Stefan Hackh. « Ensuite, selon les délais d’impression elle sera relayée et augmentée par le Blick ou le Blick am Abend. Une suite pourra également être élaborée dans le cadre d’un article de fond dans le SonntagsBlick. »

La rédaction du futur?

Aujourd’hui, des rédactions du monde entier rêvent d’une organisation à la Blick. Et on le comprend, car grâce à cette newsroom 3.0, le journal suisse a pu remonter la pente: le déclin du lectorat des différents titres de Blick a été stoppé. D’autre part, des économies ont pu être réalisées, puisque Blick n’envoie maintenant sur le terrain qu’un seul journaliste pour tous les supports de la « marque » pour la couverture d’un événement.

Pourtant, tout n’est pas rose. Une baisse des effectifs a par exemple dû être menée. 22 postes avaient ainsi été supprimés par le groupe Ringier à la création de cette newsroom. Pourtant, il y a un an, les dirigeants de Blick reconnaissaient que ces licenciements avaient été une erreur. La charge de travail était devenue trop importante pour certains journalistes au sein de la nouvelle newsroom, amenés à pondre trois à quatre articles par jour. L’année dernière, Blick avouait alors avoir recommencé à embaucher. Autre point noir: tous les journalistes n’étaient pas formés pour écrire sur les différents supports de Blick. Et non seulement la formation prend du temps, mais elle a également un coût.

Bien entendu, dans tout changement de cette envergure, il faut accorder un certain temps d’adaptation. Ne serait-ce que parce que l’investissement réalisé prend un certain temps à être rentabilisé. Alors rédaction du futur? Difficile à dire pour le moment. En tous cas, à titre d’exemple, le 19 mars dernier, le journal L’Équipe a fait une visite d’études au sein de cette fameuse newsroom située à Zurich. Preuve supplémentaire (s’il en fallait) de l’image de modèle que possède aujourd’hui la rédaction 3.0 de Blick.

Vodpod videos no longer available.

  1. […] rédigé par Lucile Jeanniard Share this:TwitterFacebookJ'aimeJ'aime  « Citizenside, un regard citoyen […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :